Si le portable n’existait pas…

Voici la chronique de l’arrivée rocambolesque à Erbil de Myriam Chayeb, notre « ingénieuse » du son.

Les miraculés d'Erbil

Arrivée dans le nouvel aéroport d’Erbil, « clinquant » neuf,  notre libanaise préférée est arrêtée et ne peut pas franchir la frontière: elle n’a pas le visa ! « Mais quel visa? Il y a seulement quelques mois il ne fallait pas de visa pour rentrer au Kurdistan d’Irak!« , s’écrie-t-elle. O tempora o mores ( comme diraient les latins!).
Et c’est là que notre vieil ami Baktyiar Haddad entre en jeu. Alors que Myriam est pratiquement enlévée par les policiers et conduite, à son corps défendant, vers l’avion qui a été retardé de trois quart d’heure afin de pouvoir l’expulser, Baktyiar remue ciel et terre . Son portable vissé à l’oreille, il tente le tout pour tout pour empêcher l’irréparable de se produire (le lendemain commence la master class son dont vous aurez bientôt des nouvelles mais dont vous auriez pû ne jamais entendre parler!).
C’est presque la fin du Ramadan et il est 11h du soir, les hauts personnages qui pourraient intervenir ne répondent pas au téléphone. Sauf un… (?)
Et voilà que lorsque Myriam entâme la montée des marches qui conduisent à l’avion – et que tous les autres passagers applaudissent parce qu’ils peuvent enfin partir! -le coup de fil (et de théâtre) arrive via le portable du policier qui escorte notre intrépide technicienne.
C’est une demi heure plus tard qu’a été prise cette photo (un peu bête, on vous l’accorde) pour fêter l’arrivée de Myriam dans notre coquette demeure et pour rendre hommage à Baktyiar (le premier à gauche), que l’on va désormais appeler  « Le prince d’Erbil ».

Après ce suspense insoutenable, et pour se détendre, on peut bien emmener Myriam à la Citadelle.

Photo rituelle oblige, la voici avec Pascal Césaro

Deux touristes pas comme les autres

2 réponses à “Si le portable n’existait pas…

  1. Quelle aventure! Mais tout est bien qui finit bien et l’équipe sera complète.

    • Merci Laurence, l’équipe s’étoffe et ce n’est pas fini! Mais nous avons des stagiaires qui n’en ont jamais assez, c’est fatigant. même si c’est sûrement mieux que d’avoir des gens qui s’endormiraient en nous écoutant.
      Dommage que tu ne puisses pas être des nôtres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s