Victimes de la tradition

L’air débonnaire, la vielle femme accroupie à la kurde sur un tapis en acrylique, n’a pas de mal à afficher qu’elle a fait couper le « kiki » de sa fille et aussi celui de sa petite fille, qui a aujourd’hui quatorze ans. « Et je ferai aussi couper celui de ta fille! », ajoute-t-elle en riant de bon coeur à l’adresse de l’adolescente. Laquelle lui répond du tac au tac: « Je ne te le permettrait pas, et de toute façon, quand j’aurai des enfants tu seras morte en enterrée ».

Soran tourne dans les montagnes de Rania

Cette séquence vous allez la découvrir dans le film de Soran sur l’excision: une pratique encore trop courante dans cette région où le poids de la tradition pèse sur les femmes. Soran sait se faire petit face à toutes ces femmes qu’il filme. Son « personnage », Gulé, a tendance à poser question après question. Le silence est une découverte pour les jeune documentaristes kurde, qui n’en comprennent pas toujours l’utilité, mais ce réalisateur engagé accepte notre suggestion d’être moins bavard. En fin de journée, Soran a appris à laisser véritablement la parole aux femmes, quitte à filmer leur silence.

Le raisin de Ranyia

Le tournage d’un film si grave est fait aussi de moments de détente. Une grappe de raisin à peine cueillie, des mûres, et une perdrix qui, recueillie toute jeune, est devenue l’animal de compagnie de nos hôtes.

Un perdreau adopté

Kirkouk Kola

La vie est âpre dans les montagnes autour de Rania –c’est ici que Hapsa, soupçonnée de tromper son mari, a failli perdre la vie– mais aujourd’hui, en écoutant les récits des vieillards sous la tonnelle, on savoure un moment de douceur, comme si on était soudain en vacances. Je vous l’affirme: ça ne va pas durer!

2 réponses à “Victimes de la tradition

  1. Encore une preuve que le cinéma a toute sa place en Irak, et toute son importance, lorsqu’un jeune réalisateur (de sexe masculin de surcroît) ose aborder le révoltant sujet de l’excision. C’est crucial que le témoignage vienne d’un homme du pays et non d’un oeil extérieur. J’ai hâte de découvrir ce film.

    • Merci Magda. Soran est un jeune auteur doué et, pour y avoir assisté, je sais qu’il y a des séquences très fortes sur son tournage. Il a aussi essuyé des refus auxquels il ne s’attendait pas. Ce n’est qu’une preuve de plus que l’argument est vraiment tabou!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s