Films Doku 4: Au bout du chemin

Avec Terminus, Haval Salah Ali signe le portrait plein de sensibilité d’un homme âgé qui découvre la vie dans une maison de retraite.

C’est une nouveauté au Kurdistan: avant il y avait toujours une place,dans la famille, pour le père, la mère, le frère ou la soeur qui ne s’étaient pas mariés. La nouvelle économie, centrée sur le développement de la vie citadine, a creusé les injustices et bouleversé cette tradition.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s