Archives de Tag: Tournage

DOKU à Bagdad : Filmer la politique (5)

Un grand merci à tous nos traducteurs!
Ceux qui ont soutitré les films à Paris, en y passant parfois des nuits entières : Isis Plantier, Meriem Attaoui, Kabiba El Jermati et Mohamed Issa Ares.

Ceux qui nous ont permis de communiquer pendant le séminaire et les projections, à Bagdad: Mouayed Mehdy , qui avait déjà travaillé avec moi en 2001, et Moafak Yousuf.

Avant de partir, on traduit les films en Arabe: Isis Plantier

Mohamed Issa

…à suivre

Habiba El Jermati

Meriem Attaoui

Publicités

Visionnage des « ours » (2)

Quelques images en avant-première, pour vous donner l’eau à la bouche…

Le roi d'Erbil (fait la fête)

Another Life (le contrebandier joue sa vie)

Guérisseurs (et médecins!)

Les larmes d'Eva

Premier visionnage pour Soran

Cri silencieux (le feu qui détruit)

Les "paresseux"

ARTE, la chaîne culturelle franco-allemande, marraine de DOKU 4

La semaine dernière la direction des relations internationales d’ARTE nous a renouvelé son soutien, pour la deuxième année consécutive.

ARTE, c’est la référence pour le documentaire en Europe.

C’est aussi ARTE qui a diffusé le dernier film de Fulvia et Baudouin il y a deux semaines; elle a diffusé « La télévision des Kurdes d’Irak » (voir vidéo) et début octobre, ce sera  « La télévision des Irakiens » de Fulvia Alberti.

Victimes de la tradition

L’air débonnaire, la vielle femme accroupie à la kurde sur un tapis en acrylique, n’a pas de mal à afficher qu’elle a fait couper le « kiki » de sa fille et aussi celui de sa petite fille, qui a aujourd’hui quatorze ans. « Et je ferai aussi couper celui de ta fille! », ajoute-t-elle en riant de bon coeur à l’adresse de l’adolescente. Laquelle lui répond du tac au tac: « Je ne te le permettrait pas, et de toute façon, quand j’aurai des enfants tu seras morte en enterrée ».

Soran tourne dans les montagnes de Rania

Cette séquence vous allez la découvrir dans le film de Soran sur l’excision: une pratique encore trop courante dans cette région où le poids de la tradition pèse sur les femmes. Soran sait se faire petit face à toutes ces femmes qu’il filme. Son « personnage », Gulé, a tendance à poser question après question. Le silence est une découverte pour les jeune documentaristes kurde, qui n’en comprennent pas toujours l’utilité, mais ce réalisateur engagé accepte notre suggestion d’être moins bavard. En fin de journée, Soran a appris à laisser véritablement la parole aux femmes, quitte à filmer leur silence.

Le raisin de Ranyia

Le tournage d’un film si grave est fait aussi de moments de détente. Une grappe de raisin à peine cueillie, des mûres, et une perdrix qui, recueillie toute jeune, est devenue l’animal de compagnie de nos hôtes.

Un perdreau adopté

Kirkouk Kola

La vie est âpre dans les montagnes autour de Rania –c’est ici que Hapsa, soupçonnée de tromper son mari, a failli perdre la vie– mais aujourd’hui, en écoutant les récits des vieillards sous la tonnelle, on savoure un moment de douceur, comme si on était soudain en vacances. Je vous l’affirme: ça ne va pas durer!

Haval et son équipe partent en tournage.

C’est l’histoire de Mam Ramazan, un vieil homme qui s’est retrouvé à la rue et qui a trouvé abri dans la première maison d’accueil pour les personnes âgées abandonnés d’Erbil.

Premier jour de tournage, jour de fête pour la fin du Ramadan: à quatre heures du matin, l’équipe se met en route pour le village où les personnes âgées n’ont pas le même sort qu’à la ville. Myriam les suit et les surveille, bien entendu…

La veille Haval, qui est le réalisateur du film, n’a rien mangé tellement il avait l’estomac noué…

Un extrait du tournage sera bientôt en ligne…

Les tournages commencent

Et les premières déconvenues aussi:

Haval découvre que dans le village où il a décidé de filmer l’Aïd, les femmes ne font pas vraiment la fête, et aussi qu’il vaut mieux faire une balance des blancs pour filmer à l’aube si on ne veut pas avoir l’impression d’obtenir une « nuit américaine« .

Star met en place le premier plan de son film « Les guérisseurs » (titre provisoire) dans un quartier à la périphérie d’Erbil.

Derniers réglages avant la première prise

Silence, ça tourne!

C’est Myriam, notre ingénieur du son, qui a pris cette photo. Elle a suivi le travail de l’équipe de Star et leur a (trop) gentiment prêté son casque car ils avaient oublié de prendre le leur!

À la dernière minute:  Premier jour de tournage aussi pour Soran, qui tourne un film sur l’excision: le calligraphe qui devait écrire son calicot, renonce à la dernière minute parce qu’il a peur de rétorsions de la part des fondamentalistes.

à suivre…